Else 2017-06-21T20:12:10+00:00

Synopsis

L’honneur perdu de Mademoiselle Else

A travers les mots et les errances désespérées de son personnage, Schnitzler brosse le tableau exemplaire des fascinants déchirements de la morale viennoise au tournant de la modernité, tension insoutenable entre désir et devoir, entre fantasme de prostitution et rêve de pureté, emprise parentale et marchandisation du corps féminin. Publié en 1924, ce texte demeure l’un des plus beaux exercices de style de la littérature contemporaine.

Arthur Schnitzler, écrivain et médecin autrichien Ses œuvres ont été interdites par les nazis, notamment à cause de leur description franche de la sexualité et de leur opposition à l’antisémitisme. Il est l’un des tout premiers écrivains de langue allemande à avoir utilisé une narration sous le mode de courant de conscience. Ses œuvres ont fait l’objet de plusieurs adaptations cinématographiques, notamment par Max Ophüls. « Traumnovelle » (1926) a été adapté au cinéma par Stanley Kubrick dans « Eyes Wides Shut », son ultime film.

Lettre d’intention
Je me suis attachée, dans l’adaptation de la célèbre nouvelle d’Arthur Schnitzler, déjà apparentée à la forme du monologue, à ne conserver qu’un soliloque haché, essoufflé qui confronte le spectateur à l’absolue solitude hystérique et névrosée de Mademoiselle Else. Le temps s’y désorganise jusqu’à n’être plus que le temps de cette lettre, dont la démarche indécente va pousser Mademoiselle Else à mettre en scène sa déchéance de façon littéralement spectaculaire.

Galerie photo

L’auteur et interprète Aniouta Florent

Après avoir voulu entreprendre des études littéraires pour devenir interprète, la voilà très jeune, mise sur les rails de la comédie. Conservatoire National d’abord sous l’égide de Jean Meyer. Puis, des tournages qui s’enchainent très vite, trop peut-être. La « jeune première » aux yeux clairs rêve parfois de personnages plus sombres.

De nombreuses séries télévisées dont on retiendra, entre autres, « ALLEGRIA » d’après le roman de Françoise Mallet-Joris où elle incarnera cette jeune femme rangée et pourtant secrète. Elle joue au théâtre sous la direction de Jean Meyer qui sait la faire passer du personnage d’Elvire dans Don Juan à celui de Marton des Fausses Confidences de Marivaux.

Et puis, une grande rencontre théâtrale qu’elle garde en mémoire avec émotion : Jean Marais dont elle incarne la fille dans « l’Alcade de Zalaméa » de Caldéron. Son travail en tant que comédienne à Radio France la conduit plus tard à écrire pour la radio. Dramatique pour France Inter et radio Bleue, émissions littéraires pour France Culture.

De fil en aiguille, l’écriture finit par occuper une place majeure dans sa vie. Nouvelles, récits, poésie … elle a publié récemment un texte sur Elisabeth Bathory paru aux éditions Archimbaud. Un recueil de nouvelles « VERTIGES » est en cours d’édition. Plus récemment encore elle a de nouveau offert son image à la lumière en se livrant à d’étonnantes mises en scènes photographiques.

Mais, très vite, elle retourne à ses amours : la langue, les mots. Sans oublier ses deux compagnons de route que sont le piano et la psychanalyse … toujours une histoire de langage…